Les délocalisations et les achats de patrimoine par l'étranger sont rendus possibles par les traités européens

Article 63 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE)

 

« 1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. »

 


→ Cela implique, dans un sens, les délocalisations, dans l'autre, les achats de patrimoine.

En d'autres termes, l'article 63 du TFUE interdit aux gouvernements des membres de l'Union européenne de s'opposer aux délocalisations. La conséquence immédiate de celles-ci est une montée inévitable, et massive, du chômage au sein de l'Union européenne et, notamment, en Belgique.

 

En ce qui concerne les achats de patrimoine par l'étranger, l'investissement étranger n'est pas nécessairement nocif en soi : cela dépend du secteur. Si Walibi, par exemple, se retrouve possédé par des capitaux étrangers, c'est sans doute regrettable. Mais à partir du moment où il s'agit de secteurs stratégiques, cela devient dangereux : l'agriculture, l'énergie, l'armement, les aéroports, par exemple, sont des secteurs d'activité qu'il faut garder sous contrôle national sous peine d'être immédiatement vulnérable.

 

Cette ouverture économique asymétrique, qui n'existe qu'au sein de l'Union européenne et nulle part ailleurs au monde, d'une part bénéficie à tous les autres pays de la planète et, bien sûr, avant tout à l'oligarchie financière qui a pris le pouvoir et, d'autre part, nuit à chacun des pays membres de l'Union européenne et, notamment, à la Belgique.

 

 

Mike Werbrouck

Président fondateur du MIB

 

La reproduction, intégrale ou partielle, de cet article est autorisée dès lors que « Mike Werbrouck tous droits réservés » est mentionné, accompagné d'un lien vers la présente page.