Les États-Unis d'Amérique prévoient de quadrupler, dès 2017, le budget de leur présence militaire en Europe !

Le Norvégien Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, s'en félicite !

 

Écoutez cette annonce officielle faite aujourd'hui et que vous trouverez sur le site internet de l'OTAN, ou encore sur la chaîne You Tube officielle de l'OTAN :

Jens Stoltenberg

 

Jens Stoltenberg déclare :

 

"Today, Secretary of Defence Ash Carter announced that the US plans to increase significantly its military presence in Europe.

I strongly welcome this proposal.

The budget request will, if approved, lead to a quadrupling of funding to 3.4 billion US dollars in 2017 for the US force posture in Europe.

This will fund more rotational US forces, more training and exercises. More prepositioning, war fighting gear and infrastructure.

This is a clear sign of the enduring commitment by the United States to European security.

It will be a timely and significant contribution to NATO’s deterrence, and collective defence. 

This proposal is a vivid demonstration of the strength of our transatlantic bond."

 

Ce qui signifie en français :

 

"Aujourd'hui, le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, a annoncé que les États-Unis prévoyaient de renforcer de manière significative leur présence militaire en Europe.

Je me félicite vivement de cette proposition.

La demande de crédits, si elle est approuvée, entraînera un quadruplement du financement du dispositif des forces américaines en Europe, qui atteindra 3,4 milliards de dollars en 2017.

Cela permettra de financer plus de rotations des forces américaines, plus d'entraînements et d'exercices, plus de prépositionnements, de matériels de combat et d'infrastructures.

C'est un signe clair de l'engagement immuable des États‑Unis en faveur de la sécurité européenne.

Il s'agit d'une contribution opportune et significative à la posture de dissuasion et de défense collective de l'OTAN.

L'annonce faite par les États‑Unis démontre clairement la force de notre lien transatlantique."
 
Cette traduction, certes fort discutable, provient directement de la version française du site internet de l'OTAN.
 
Cette traduction est, en effet, fort discutable car, par exemple, Jens Stoltenberg a dit :
"Today, Secretary of Defence Ash Carter announced..."
 
Or la traduction française ajoute le terme "américain", qui n'a pas été utilisé :
"Aujourd'hui, le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, a annoncé..."
 
Il va de soi, pour les États-Unis, ainsi que pour Jens Stoltenberg, que Ash Carter est bien le secrétaire à la Défense de l'OTAN. Mais l'OTAN juge préférable d'ajouter le mot "américain" dans sa traduction destinée à ses lecteurs francophones.
 
Rappelons que "secrétaire à la Défense" correspond à "ministre de la Défense", terme employé seulement depuis quelques décennies car, auparavant, nos gouvernements avaient l'honnêteté de nommer ce poste "ministre de la Guerre".
 

Plusieurs versions

 
Tout d'abord, profitons-en pour remarquer que, jusqu'à il y a deux mois, il n'existait que deux versions du site internet de l'OTAN : l'originale, en anglais, et la version traduite en français.
 
L'usage dominant de l'anglais s'explique naturellement par le fait que l'OTAN est une construction états-unienne.
Qu'il existe une version française peut s'expliquer par le fait que le français, langue riche en nuances, a été, pendant des siècles, et reste toujours, la langue de la diplomatie internationale.
 
Tout récemment, le site de l'OTAN s'est vu augmenter de deux nouvelles versions : une en russe et une en ukrainien. C'est dire l'immense intérêt que l'OTAN porte à la Russie et surtout à l'Ukraine ! En effet, pourquoi un effort de traduction serait-il consenti envers ces langues plutôt qu'envers celles parlées dans les autres pays de l'Alliance atlantique ?
 
Le lecteur attentif qui aura parcouru ces diverses versions aura observé qu'elle ne fournissent pas toutes l'intégralité des informations. Par exemple, cette déclaration de Jens Stoltenberg à propos de l'immense renforcement - immense car multiplié par 4 ! - du dispositif militaire en Europe des États-Unis d'Amérique, ainsi que d'autres articles de ce genre, ne sont, comme par hasard, pas présents dans les versions russe ou ukrainienne...
Au regard des immenses moyens dont dispose l'OTAN, cela ne saurait être le fruit du hasard ni non plus d'un manque de capacités de traductions.
La lecture du site internet de l'OTAN peut être fort instructive mais nous conseillons vivement à nos lecteurs de toujours consulter au moins le version anglaise qui est la plus complète.
 

Notre lien transatlantique

 

En tout cas, il y a un point sur lequel Jens Stoltenberg dit vrai :

 

"L'annonce faite par les États‑Unis démontre clairement la force de notre lien transatlantique."

Il existe en effet bien un lien transatlantique très solide : celui qui nous lie pieds et poings et nous livre totalement soumis à la domination impériale états-unienne. Nous ne le répéterons jamais assez : l'OTAN, ainsi que sa version politique qui est l'Union européenne, sont une entreprise de vassalisation du continent européen.

 

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN, s'en félicite

 

Le fait que le secrétaire général de l'OTAN se félicite des ambitions militaires états-uniennes tient de la tautologie. S'il ne s'agissait pas d'une question extrêmement sérieuse, une telle déclaration ne manquerait pas d'une certaine forme d'humour : le fait qu'un directeur approuve les décisions de son PDG tient de la plaisanterie ou, plus précisément, de la propagande.

Tout le monde sait en effet parfaitement bien que l'OTAN est dirigée par les États-Unis d'Amérique.

 

Un quadruplement du dispositif militaire états-unien en Europe !

 

Une telle augmentation est absolument colossale ! Rien de moins qu'un quadruplement du dispositif militaire états-unien en Europe !

 

Faut-il verser des larmes de gratitude en l'honneur de l'esprit d'abnégation des États-Unis d'Amérique qui vont sacrifier chaque année, alors que leur économie est vacillante, des milliards de leurs dollars pour la sécurité de notre continent ?

 

Faut-il au contraire crier au scandale et dénoncer ce qui est pire qu'une occupation militaire ? Car ce dont il s'agit en réalité, c'est de préparatifs de guerre ! En effet, de l'aveu même de leurs propres experts en géopolitique, l'objectif stratégique prioritaire des États-Unis d'Amérique est d'empêcher une alliance entre l'Allemagne et la Russie. Et la meilleure façon d'empêcher une alliance entre deux de ses rivaux est de créer une guerre entre eux. C'est là tout l'intérêt de l'Ukraine pour les États-Unis : menacer la Russie dans son glacis géopolitique afin de causer une guerre entre celle-ci et l'Union européenne ! Cette importante question sera l'objet d'un prochain article. Le lecteur curieux de s'instruire sérieusement à ce sujet pourra entreprendre, sans délai, la lecture du livre Le grand échiquier de Zbigniew Brzezinski.

 

Diviser pour régner : quand Machiavel écrivit, il y a quelque 500 ans, son célèbre ouvrage Le Prince, cette technique était déjà connue et utilisée avec grand succès depuis des millénaires.

 

Que faire ?

 

La conclusion à en tirer est on ne peut plus simple : il faut sortir de l'OTAN.

 

Sortir de l'OTAN est très simple : il suffit de mettre en œuvre de l'article 13 du Traité de l'Atlantique Nord qui prévoit qu'un pays peut déclarer unilatéralement sa sortie de l'OTAN.

 

 

Mike Werbrouck

Président fondateur du MIB

 

La reproduction, intégrale ou partielle, de cet article est autorisée dès lors que "Mike Werbrouck tous

droits réservés" est mentionné, accompagné d'un lien vers la présente page.