Le drapeau de la Vierge de l'Apocalypse

 

Les amateurs de vexillologie, cette discipline qui étudie les drapeaux, connaissent bien la signification du drapeau de l'Union européenne. Et vous, la connaissez-vous ?

 

Une symbolique religieuse

 

Arsène Heitz, le concepteur de ce drapeau, n'en fit aucun mystère quand il le proposa au Conseil de l'Europe, en 1955. Il déclara, en effet, s'être inspiré d'un passage de l'Apocalypse de Saint Jean, et, plus précisément, du premier verset de son Chapitre 12 :

 

« 1. Puis il parut dans le ciel un grand signe : une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. »

 

Quant au bleu, il est, depuis de très nombreux siècles, le symbole de la Vierge Marie : on parle d'ailleurs de « bleu marial ».

 

 

Arsène Heitz, fervent catholique, appartenait , quant à lui, à l'Ordre de la Médaille miraculeuse.

 

Les deux faces de la médaille miraculeuse

 

Cette symbolique religieuse, qui a été abondamment relayée au moment de leur adhésion à l'Union européenne, en Irlande et, plus tard, en Pologne, deux pays où subsiste une forte tradition chrétienne,  a été soigneusement tue en France, et d'une façon générale dans toute la francophonie, et donc  notamment en Belgique, afin de ne pas heurter le fameux principe de laïcité cher à la France.

 

Il est, par ailleurs, remarquable que ce drapeau fut adopté par le Conseil de l'Europe le 08 décembre 1955, jour de fête de l'Immaculée Conception !

 

En 1986, quand ce drapeau fut adopté par les Communautés européennes, les douze étoiles furent faussement présentées, comme le symbole des douze membres que comptait alors la Communauté économique européenne - précédent nom de l'Union européenne - mais il faut se souvenir que, lors de l'adoption de ce drapeau par le Conseil de l'Europe dès 1955, celui-ci comptait déjà quinze membres. Le nombre 12 n'a donc absolument aucun rapport avec le nombre de membres. Ce nombre 12 symbolise, comme le concepteur de ce drapeau l'a déclaré sans aucune ambiguïté, le nombre d'étoiles couronnant la tête de la Vierge Marie dans l'Apocalypse de Saint Jean.

 

Une symbolique impériale

 

Depuis des siècles, l'héraldique cosmique, bleue aux étoiles d'or - d'azur à meubles d'or, diront les spécialistes - est un symbole de justification divine du pouvoir impérial.

 

C'est ainsi, par exemple, que le célèbre peintre français de la Première Renaissance Jean Fouquet choisit d'illustrer, au XVe siècle, Charlemagne revêtu, à l'occasion de son sacre, d'une robe mariale bleue couverte de motifs dorés.

 

Sacre de Charlemagne (par Jean Fouquet)

(Source : Les galeries virtuelles de la Bibliothèque nationale de France)

 

Le couronnement de Charlemagne, à Saint-Pierre de Rome, par le Pape Léon III, eut lieu le 25 décembre 800, jour de Noël. Les dates, quand elles sont choisies, sont, la plupart du temps, chargées d'une symbolique.

 

 

Autre symbole vexillologique, quand le roi belge Léopold II créa, en 1876, l'Association internationale africaine, dans un but officiellement philanthropique, mais en réalité avec l'ambition de doter la Belgique d'un empire colonial, il choisit un symbole impérial comme drapeau : une étoile dorée à cinq branches sur un fond bleu marial.

 

 

L'Association internationale africaine fut rebaptisée, dès 1878, « Comité d'Études du Haut Congo », puis, immédiatement après, en 1879, « Association internationale du Congo ». Celle-ci devint, quand la conférence de Berlin de 1885 procéda au partage de l'Afrique entre les puissances européennes, «_État indépendant du Congo » ; indépendance de façade puisque le Congo était la propriété privée de Léopold II ! Lorsque Léopold II le céda, en 1908, à la Belgique, il fut renommé « Congo belge ». Il est remarquable que, malgré tous ces changements de nom, changements opérés par Léopold II afin de dissimuler la continuité de son projet colonial, le Congo conserva toujours le même drapeau qui symbolisait l'impérialisme belge. Ce n'est qu'en 1960, lorsque le Congo conquit son indépendance, que ce drapeau changea.

 

Tout comme le Congo belge fut une colonie de la Belgique, l'Union européenne n'est qu'une tentative de colonisation de l'Europe par les États-Unis d'Amérique. Les drapeaux du Congo belge et de l'Union européenne sont remarquablement similaires ! Ils sont tous deux le symbole d'une soumission à un pouvoir impérial étranger.

Rappelons, à ce sujet, que le grand géostratège états-unien Zbigniew Brzezinski a écrit, en 1997, dans son livre Le grand échiquier :

 

« Pour le dire sans détour, l'Europe de l'Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses États rappellent ce qu'étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires. » (p.88)

 

 

Le lecteur curieux d'approfondir cette question de la symbolique impériale des étoiles d'or sur fond bleu regardera, avec un vif intérêt, la magnifique conférence de François Asselineau intitulée «_L'Histoire de France » :

François Asselineau - L'Histoire de France

 

 

Il est toujours intéressant de s'intéresser à la signification des symboles qui nous entourent.

 

 

Mike Werbrouck

Président fondateur du MIB

 

La reproduction, intégrale ou partielle, de cet article est autorisée dès lors que « Mike Werbrouck tous droits réservés » est mentionné, accompagné d'un lien vers la présente page.