Les syndicats jaunes

La CES, organisme à la solde de la Commission européenne, chapeaute tous les grands syndicats

 

 

Tous les grands syndicats de Belgique, ainsi que ceux des autres membres de l'Union européenne, sont affiliés à la Confédération européenne des syndicats (CES), appelée en anglais European Trade Union Confederation (ETUC).

 

Celle-ci est financée en grande partie par la Commission européenne.

 

Or les grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ) sont édictées par la Commission européenne. En effet, l'article 121 du TFUE stipule que toutes les politiques économiques des membres de l'Union européenne, et donc notamment celle de la Belgique, sont fixées par la Commission européenne qui leur impose ses décisions. Cette question a été développée en profondeur dans un de nos récents articles.

 

Par conséquent, manifester contre le gouvernement est absolument sans objet. Quand bien même le gouvernement serait-il dissolu, le suivant n'en aurait pas pour autant le moindre pouvoir supplémentaire de s'opposer aux diktats de la Commission européenne. La vindicte populaire serait, peut-être, apaisée pour un moment mais, en fait, absolument rien ne serait changé à la situation.

 

Les plus hauts dirigeants des syndicats, qui sont aux ordres de la CES qui est elle-même à la solde de la Commission européenne, le savent parfaitement : ils n'ignorent pas que les hommes politiques qui dirigent prétendument la Belgique, ou tout autre membre de l'Union européenne, ne sont que du personnel, des lampistes, à la solde de l'oligarchie financière et industrielle qui détient réellement le pouvoir en Occident.

 

Le rôle des syndicats consiste, en réalité, à neutraliser le mécontentement populaire en le canalisant dans une mauvaise direction. C'est pourquoi tous les grands syndicats, comme par exemple en Belgique la CSC, la FGTB, ainsi que la CGSLB, incitent les travailleurs à manifester contre les gouvernements successifs et jamais, au grand jamais, contre la Commission européenne.

 

Les syndicats sont devenus des syndicats jaunes, c'est-à-dire des traîtres à la cause des travailleurs et des collaborateurs du pouvoir en place, celui de l'oligarchie financière et industrielle.

 

Le système syndical est, tout comme le système politique, complice de la situation

 

Les statuts de la CES témoignent eux-mêmes de leur allégeance à l'Union européenne ! Vous trouverez, à la page 5 (qui est en page 7 du fichier .pdf) de la brochure des statuts de la CES, les passages suivants :

 

« La Confédération Européenne des Syndicats a plus particulièrement pour mandat d’agir, en tout lieu et circonstance, pour la réalisation de ces objectifs dans le cadre du processus d’intégration européenne »

 

[...]

 

« La Confédération Européenne des Syndicats s’adresse dans son action :

 

• à l’Union européenne dont elle demande l’approfondissement sur le plan social, politique et démocratique en même temps qu’économique et monétaire, tout en soutenant son élargissement à d’autres pays européens »

 

Voilà une déclaration d'allégeance on ne peut plus claire !

 

La CES, soutien inconditionnel de l'Union européenne

 

En 1992, la CES a soutenu le Traité de Maastricht ; en 2005, elle a fait campagne pour le « Oui » lors des référendums pour l'adoption du traité établissant une constitution pour l'Europe (TCE ou TECE) ; en 2007, elle a soutenu le traité de Lisbonne et aujourd'hui... la CES prône le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne !

 

Le lecteur qui aura la curiosité de parcourir le site internet de la CES constatera que, sur toutes les photographies de réunion du Comité exécutif de la CES, figurent de très nombreux drapeaux de l'Union européenne.

 

Au fait, savez-vous ce que symbolise ce drapeau ? Cette question sera l'objet d'un prochain article.

 

Conclusion

 

Les travailleurs ne peuvent absolument pas compter sur les syndicats actuels pour défendre leurs droits légitimes.

 

Il est nécessaire d'affranchir le système syndical qui est tombé sous la coupe de la Commission européenne. Afin d'empêcher la complète disparition de nos acquis sociaux, disparition programmée par l'oligarchie financière et industrielle qui l'institutionnalise par l'intermédiaire de la Commission européenne qui n'est qu'un de ses instruments, il est nécessaire de sortir de l'Union européenne par la mise en œuvre de l'article 50 du traité sur l'Union européenne qui prévoit qu'un pays peut déclarer unilatéralement sa sortie de l'Union européenne.

 

 

Mike Werbrouck

Président fondateur du MIB

 

La reproduction, intégrale ou partielle, de cet article est autorisée dès lors que « Mike Werbrouck tous droits réservés » est mentionné, accompagné d'un lien vers la présente page.